L’histoire des collections de manuscrits de la Bibliothèque nationale de France

Charlotte Denoël présente un aperçu des collections historiques de manuscrits enluminés, aujourd’hui conservés à la Bibliothèque nationale de France.

Les manuscrits de la Bibliothèque nationale de France (BnF) numérisés dans le cadre du Programme France-Angleterre de la Fondation Polonsky reflètent la remarquable tradition d’enluminure des manuscrits médiévaux et sont représentatifs de l’histoire de la Bibliothèque nationale de France à travers les siècles. 

La librairie royale 

Les collections magnifiques rassemblées par Charles V (règne 1328-1350)  constitue le noyau de la librairie royale, alors qu’une partie importante de sa bibliothèque fut dispersée à sa mort. Ses successeurs Charles VIII (règne 1483-1498) et Louis XII (règne 1498-1515) saisirent et collectionnèrent les manuscrits italiens durant leurs incursions en Italie. En 1501, Louis XII transféra la librairie au château royal de Blois, et mêla les livres italiens aux autres ouvrages de la bibliothèque de son père Charles, duc d’Orléans († 1465). 

Cette librairie constitue le cœur de la bibliothèque royale que réunirent les monarques suivants. François Ier (règne 1515-1547) s’attacha plus particulièrement à enrichir la collection royale par des manuscrits et des livres imprimés. Il transféra la bibliothèque au palais de Fontainebleau. Louis XIV (règne 1643-1715) continua d’enrichir la bibliothèque avec l’aide de son ministre Jean-Baptiste Colbert (1619-1683) et de son bibliothécaire l’abbé Bignon. En 1720, la bibliothèque que Charles IX avait installée à Paris fut transférée dans l’imposant palais construit par le cardinal Mazarin († 1661), qui fait encore partie de la Bibliothèque nationale de France. 

Bénédictionnaire de Winchester

Une arcade en marbre encadre la bénédiction de la fête de la Pentecôte dans le Bénédictionnaire de Winchester. La collection personnelle de Colbert fait partie de la bibliothèque (BnF, Latin 987, f. 43r)

Voir des reproductions de cette œuvre  (2)

Conditions d'utilisation :

Domaine public

Collections personnelles

Au cours des XVIIe et XVIIIe siècles, plusieurs manuscrits provenant de collections de bibliophiles rejoignirent la Bibliothèque royale, notamment l’Évangile de saint Jean du VIIIe siècle (aujourd’hui BnF, Latin 298) et la copie normande du XIe siècle de textes de saint Augustin (aujourd’hui BnF, Latin 2079), autrefois propriété de Jean Bigot (1593-1653). Les Évangiles du XIe siècle de Saint-Bertin (aujourd’hui BnF, Latin 278) furent acquis de la collection d’Antoine Faure († 1689).

Le splendide Bénédictionnaire de Winchester (aujourd’hui BnF, Latin 987) se trouvait dans la collection de Colbert, ministre de Louis XIV, avant de rejoindre la BnF. Parmi les autres collectionneurs importants dont les livres ont été numérisés dans le cadre de ce programme, figurent l’archevêque de Reims Charles-Maurice Le Tellier (1642-1710) qui possédait l’élégante copie de Saint-Martin de Tournai des Épîtres de saint Grégoire le Grand (aujourd’hui BnF, Latin 2288), et François-Roger de Gaignières (1642-1715) qui a donné son nom à l’Évangéliaire de Gaignières (aujourd’hui BnF, Latin 1126).

Saint Grégoire le Grand, Registrum Epistolarum Gregorii

Portrait d’auteur du pape Grégoire le Grand assis sur un trône avec l’inscription de son nom et de sa fonction, Gregorius papa (pape Grégoire), au-dessus de sa tête (BnF, Latin 2288, f. 1v)

Voir des reproductions de cette œuvre  (1)

Conditions d'utilisation :

Domaine public

Nationalisation

La Révolution française constitua une autre étape majeure de la prodigieuse expansion de la bibliothèque, avec la sécularisation des biens de l’Église et la confiscation de ceux de la noblesse. Les campagnes militaires de Napoléon Bonaparte (1769-1821) s’accompagnèrent de la saisie de quantité de manuscrits et de livres dans les pays voisins. Un grand nombre de textes religieux inclus dans ce programme, qui étaient issus de communautés monastiques, entrèrent dans les collections nationales à cette période : ainsi, un luxueux missel de Saint-Denis (aujourd’hui BnF, Latin 9436) qui tient son nom de l’abbaye consacrée au premier évêque de Paris.

Plusieurs manuscrits provenant de l’abbaye Saint-Germain des Prés ont été numérisés dans le cadre de ce programme, parmi lesquels deux ouvrages enluminés : le manuscrit des Louanges de la Sainte Croix de Raban Maur (aujourd’hui BnF, Latin 11685) fut copié au milieu du XIe siècle ; celui des Homélies sur l’Ancien Testament d’Origène (aujourd’hui BnF, Latin 11615) fut réalisé au milieu du XIIe siècle.

Une copie enluminée des quatre Évangiles, ainsi qu’un autre livre d’Évangiles (aujourd’hui BnF, Latin 9393 et Latin 9391), furent saisis à Metz par l’historien et libraire bénédictin Jean-Baptiste Maugérard sur ordre de Napoléon. Ces manuscrits sont désormais accessibles et peuvent être entièrement consultés en ligne grâce au Programme France-Angleterre de la Fondation Polonsky.

Missel de Saint-Denis

Christ en Majesté, Missel de Saint-Denis (BnF, Latin 9436, f. 15v)

Voir des reproductions de cette œuvre  (4)
  • Charlotte Denoël
  • Conservateur à la Bibliothèque nationale de France depuis 2002,  Charlotte Denoël y est depuis 2011 chef du service des manuscrits médiévaux. Archiviste paléographe et conservateur des bibliothèques, Charlotte Denoël est spécialiste des manuscrits de l’époque carolingienne, ainsi que de l’enluminure du haut Moyen Âge et de l’époque romane, et s’intéresse également à l’histoire des bibliothèques médiévales. Parallèlement à son activité à la Bibliothèque nationale de France, Charlotte Denoël enseigne l’histoire de l’enluminure à l’École nationale des chartes et y organise des séminaires et des stages de formation continue sur les manuscrits médiévaux. Elle est également membre du conseil de laboratoire du Centre Jean Mabillon.