Saint Benoît de Nursie

Une illustration de saint Benoît tendant la règle bénédictine à saint Maur et à deux moines.
Saint-Benoît tendant la règle à son disciple saint Maur, accompagné d’autres moines (British Library, Add MS 16979, f. 21v)

Biography

Saint Benoît de Nursie rédigea un ensemble d’instructions à l’usage de son monastère du Mont-Cassin, définissant les principes à suivre pour une vie de travail et de prière dans la communauté des moines. Ce texte connu sous le nom de « règle de saint Benoît » devint le modèle de la vie monastique à travers toute l’Europe médiévale. Aujourd’hui, il demeure encore le fondement de la vie monastique dans beaucoup d’ordres religieux. À ce titre, saint Benoît est considéré comme le père du monachisme occidental. 

Jeunesse

Ce que l’on sait de la jeunesse de Benoît est pour une grande part issu d’un récit contenu dans les Dialogues du pape Grégoire le Grand. Benoît naît dans une famille de l’aristocratie romaine à Nursie, une petite ville près de Spolète. Il grandit à Rome et se trouve à mi-parcours dans ses études quand il décide de quitter Rome pour s’installer à Enfide (actuel Affile), dans les Monts Simbruins, à une soixantaine de kilomètres de Rome. D’après Grégoire le Grand, Benoît commence alors à accomplir des miracles qui lui attirent des disciples. Cette popularité non recherchée l’incite à se retirer plus avant dans les montagnes, où il fait la connaissance d’un moine nommé Romain. Ses échanges avec Romain encouragent Benoît à mener une vie d’ermite pendant trois ans. 

La règle bénédictine

Il semble que Benoît ait entre-temps accompli un très grand nombre de miracles et qu’il ait acquis une notoriété dans la région. Des hommes se mettent en route pour vivre auprès de lui selon ses préceptes. Il construit pour ses disciples douze monastères dirigés par douze abbés, eux-mêmes placés sous son propre contrôle. En 530, il fonde le grand monastère bénédictin du Mont-Cassin, au sommet de la colline du même nom, entre Rome et Naples.

Là, Benoît développe les principes pratiques et spirituels destinés aux communautés de moines, que l’on connaît aujourd’hui sous le nom de règle de saint Benoît. La règle comprend soixante-treize courts chapitres divisés en deux parties : une partie spirituelle consacrée à la façon de mener une vie chrétienne sur terre et une partie administrative précisant comment diriger une communauté monastique de façon efficace et équitable. La règle de saint Benoît est progressivement adoptée dans les communautés religieuses de l’ensemble de la chrétienté, en particulier pendant et après le règne de l’empereur Charlemagne († 814) qui contribue à la promouvoir. Cette règle a défini les grands principes du monachisme en Europe occidentale jusqu’à nos jours.

Related articles

Les saints dans les manuscrits médiévaux

Article by:
Tuija Ainonen
Themes:
Religion chrétienne et croyance, Art et enluminure

La vénération des saints faisait partie intégrante de la culture médiévale. Tuija Ainonen explore une collection de manuscrits dans lesquels figurent des vies et des portraits de saints.

Les bibliothèques monastiques médiévales

Article by:
Alison Ray
Themes:
Histoire et enseignement, La fabrication des manuscrits, Religion chrétienne et croyance

En s’appuyant sur les témoignages des manuscrits, Alison Ray explore les collections des bibliothèques médiévales et la manière dont elles se sont agrandies et transformées au fil du temps.

Les œuvres des Pères de l’Église

Article by:
Chantry Westwell
Themes:
Religion chrétienne et croyance, Histoire et enseignement

Les Pères de l’Église occupaient la première place après la Bible parmi les ouvrages copiés et possédés par les bibliothèques monastiques médiévales. Chantry Westwell nous propose ici une introduction à ces textes qui ont fait autorité et à leurs copies manuscrites.

Related collection items